Zone membre

Identifiant:
Mot de passe:

Activités des sociétés

Historique

De la F.F.S.H.H.O.S à l’ANPHOS

     Il nous a paru intéressant de demander à notre président honoraire, le Docteur Joseph FREYMANN, avec l’aide du Docteur Janine PONS, de nous relater les débuts de l’homéopathie dentaire tels qu’ils les ont vécus, en particulier les origines de la F.F.S.H.H.O.S., ancêtre de l’A.N.P.H.O.S.

    " Il y a environ 30 ans, sous l’impulsion de Jean MEURIS, chirurgien-dentiste de Bordeaux, les différentes sociétés d’homéopathie dentaire qu’il a permis de créer, se sont unies sous sa houlette en une Fédération Française des Sociétés d’Homœopathie Hahnemannienne Odonto-Stomatologique (FFSHHOS). Il s’agissait à l’époque de sa Société d’Aquitaine rejointe à partir de 1972 par la Société de l’Est, celle de Provence, puis les Sociétés Lyonnaise, Nord-Picardie, Maine-Anjou, Isère. Par la suite la  Société Suisse, ASREHOS, fondée en 1980  par Nicolas Stelling, a été rattachée à la Fédération en tant que société affiliée.

     Cet essor de l’homéopathie dentaire a été possible, suite à la publication, en 1971, de la parution de la première édition du Livre       « HOMEOPATHIE ET ACUPUNCTURE EN ODONTO-STOMATOLOGIE », de Jean MEURIS et Raymond MONTBESSON, dans lequel l’un et l’autre posaient les fondements de ces thérapies pour la pratique odonto-stomatologique.

     Le but de la Fédération était d’unir les efforts et les expériences de tous ceux qui voulaient inclure l’homéopathie dans leur pratique quotidienne pour la développer et la proposer à tout confrère intéressé.

     Les séminaires organisés intensivement par Jean MEURIS, puis les Congrès, ainsi que la parution trimestrielle d’une revue, DENTARIA ACTA, dont il était le rédacteur en chef, ont été les moyens mis en œuvre pour réaliser ces buts.

     Le 1° congrès eut lieu à Paris en 1975, avec la participation de l’A.O.S.H. (Association Odonto-Stomatologique d’Homéopathie) du professeur BENILLOUZ, que Jean espérait pouvoir intéresser à la Fédération. Il n’en fut rien, et la région parisienne ne se joignit jamais à nous.

     C’est à Paris, le 16 novembre 1975, que fut officiellement créée la fédération. Jean Meuris en était le président, Janine Pons et Joseph Freymann les  vice-présidents, Daniel Vincent le secrétaire avec Mireille Gaume comme adjointe, Petit le trésorier et Pallard, le trésorier adjoint.

     Mais Jean Meuris avait dès le départ des visées internationales, c’est dans ce but qu’il avait fondé la revue Dentaria Acta  « pour qu’elle soit un lien véritable entre tous les odontologistes homœopathes du monde entier et qu’elle apporte à chacun l’expérimentation de tous » (Editorial du n° 1). 
      
     Dès 1972, à Bruxelles, ayant rencontré au congrès de la L.M.H.I. (Liga Medicorum Homœopathica Internationalis) le Dr Skevos PICRAMENOS, chirurgien-dentiste à Athènes, et Georges VINCENT, dentiste à Bruxelles, il forme avec eux le projet d’une ligue d’homœopathie dentaire internationale (Ligae Pars Dentaria).

     Dans cette perspective se retrouvent  à Lyon, le 13 Novembre 1972, puis au Congrès de Vienne de la L.M.H.I  en Mai 1973, des praticiens de Belgique, France, Grèce, Hollande, Italie et Suisse, pour constituer cette Association Internationale de Médecine Homœopathique Odonto-Stomatologique. Jean Meuris est nommé président pour la représenter au sein de la L.M.H.I, il fera d’ailleurs des exposés à chacun des congrès de celle-ci  jusqu’à ce que ses ennuis de santé l’en privent  à partir de 1982.
     
     Du 3 au 5 Mai 1974 à Nuremberg un congrès international d’Homœopathie odonto-stomatologique, organisé avec l’aide du médecin-dentiste le Dr KRAMER  rassemble environ 80 confrères, dont un grand nombre se retrouve en assemblée à Rotterdam en Mai 1975, parallèlement au 30éme congrès de la L.M.H.I.


     Puis à Athènes, au 31ème Congrès, du 17 au 22 Mai 1976, on note une participation importante de chirurgiens-dentistes, qui ont de plus quelques réunions particulières noyautées par Skevos Picramenos. Celui-ci, au décès de Jean Meuris, prendra sa place en tant que président de la Ligae Pars Dentaria, mais depuis sa propre disparition en 1997 il n’y a plus de représentant dentaire au sein de la Ligue.
   
     Il faut ajouter d’ailleurs que malheureusement cette Association Internationale de Médecine Homœopathique Odonto-Stomatologique n’a jamais été officialisée du fait de la difficulté de formuler des statuts répondant au droit international et acceptables par chaque pays représenté.


     Par contre, après l’officialisation de la FFSHHOS  en 1975,  les congrès nationaux  se succédaient : Bordeaux 1976, Strasbourg 1977, Grenoble 1979. Lille 1981, marquera une étape importante : Jean Meuris, retraité depuis 3 ans, demandera à être remplacé à la tête de la Fédération. Joseph Freymann acceptera cette charge, en principe pour 2 ans, avec Janine Pons, Mireille Gaume et France Moriamez comme vice-présidents, Madeleine Schoch-Bellocq secrétaire, Gérard Irion trésorier (depuis 1978 déjà) A France Moriamez échut la responsabilité de rédacteur en chef de Dentaria Acta qui cessera de paraître en 1984 faute de matière suffisante.

     Le congrès suivant se tiendra à Arles en 1983, puis Royan 1985 qui sera le premier sans la présence de Jean Meuris décédé le 8.10.1984. Le premier numéro de notre nouveau bulletin de liaison fédéral, nommé Homoeo-Dens annoncera  cette triste nouvelle en décembre 1984. Le Congrès suivant eut lieu à Strasbourg en 1987 puis à Grenoble en 1989.

     Au congrès de Douai en 1991, à l’instigation de Michel DURAND, naîtra le nouveau nom de notre fédération, parce que FFSHHOS est trop compliqué et empêche, de l’avis d’une majorité, une promotion efficace de notre homéopathie. Elle devient A.N.P.H.O.S. : Association Nationale pour l’Homœopathie Odonto-Stomatologique et ce à partir de 1993 inaugurée par le congrès de Genève  qui marquera aussi  le remplacement comme président, après 12 ans ( !) de Joseph Freymann par Janine Pons pour 2 ans. Le bureau a adopté le mode d’une présidence tournante : le président national sera le responsable de la société organisatrice du prochain congrès, pour 1995 Avignon, puis Aix-les-Bains 1997, Colmar 1999, La Ciotat 2001, Lille 2003, Gruyères en Suisse en 2005, Lyon en 2007, Munster en Alsace en 2009 et l'île de Bendor dans le Var en 2011.
Au départ, Jean Meuris avait nommé les sociétés « homœopathie odonto-stomatologique » plutôt que « homéopathie dentaire » parce qu’il espérait ainsi permettre aux médecins stomatologues intéressés par l’homéopathie de se joindre à nous. Cela n’a malheureusement jamais été le cas. De même l’Homœopathie Hahnemannienne devait souligner la stricte obédience à l’Homœopathie orthodoxe telle qu’exposée dans l’Organon, livre de base de la thérapie.

     C’est grâce à la mémoire et aux archives photographiques de Janine Pons que j’ai pu reconstituer le plus fidèlement possible la « naissance » de l’ANPHOS. A l’époque, nous faisions figure de pionniers, et nous sommes heureux de constater la continuité de l’intérêt porté à cette thérapie dont « Primum non nocere » a été, et reste, le fondement. Puisse-t-elle trouver l’oreille et la pratique de toujours plus nombreux confrères pour leur grande satisfaction et le bien être de nos patients."

 

                    Dr JOSEPH FREYMANN

 

 

Remarque à propos de l'orthographe étymologique et exacte du vocable homœopathie :

     Il signe la fidélité rigoureuse aux principes édictés par Hahnemann dans l'Organon, et notamment l'unicisme, c'est ainsi que Jean Meuris l'entendait lorsqu'il avait créé l'intitulé de la Fédération, et il tenait absolument à ce vocable.... Mais peu à peu, au fil des Congrès et des évolutions des Sociétés, l’œ a disparu au profit de l’é, par souci de simplification et d'unification, mais cela ne veut pas dire qu'on en  renie les principes.
     Les plus grands médecins homéopathes unicistes français ont eux aussi renoncé peu à peu à l'orthographe première, tels que Georges Demangeat, Robert Séror, Paul Loizillon...
Nous suivons également cette démarche.